Une ville et des habitants en apparence paisible, mais lorsque la nuit arrive la vrai nature de ce lieu ressurgit... Au milieu de tout ça ? Un pensionnat à l'aspect d'un vieux manoir poussiéreux...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Caliawen et Arya

Aller en bas 
AuteurMessage
Caly Greyson

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 24/02/2018

MessageSujet: Caliawen et Arya   Sam 13 Oct - 17:50

~ Caliawen-Caly- Greyson et Arya~
PRÉNOM • Caliawen et Arya
NOM • Greyson
ÂGE • 47 ans et quelques siècles pour Arya (elle n’a jamais vu l’intérêt de compter)
SEXE • ♀
ORIENTATION • Pansexuelles
EMPLOI • Professeur d'Histoire-Géographie
RACE ET/OU POUVOIR(S) • Elfe hybride Sylvain-Sombre, possédée par un démon
____________________________
NOM AVATAR • Morrigan et Amren d'"Un palais d'épines et de roses"
DEFAUT(S) • Candide, têtue, distante. Orgueilleuse, vindicative, susceptible.
QUALITE(S) • Généreuse, curieuse, bienveillante, dynamique. Patiente, mesurée, ingénieuse.

L’apparence

La première chose que l’on voit d’elle, ce sont ses cheveux. Sa longue chevelure, d’un blond comme les blés qui s’illumine de reflets de miel sous la lumière du soleil, cascade en ondulation jusque sur ses reins et encadre un visage aux traits fins. Tout chez elle appelle la lumière : ses cheveux, ses yeux d’ambre pétillants, sa peau soyeuse et légèrement dorée, mais aussi son sourire éclatant et son rire cristallin.
Mais si la beauté de son visage, la finesse de son corps, long et élancé, et le miel de sa voix de velours n’étaient pas suffisants pour lui donner cette dimension irréelle que possède les êtres de son espèce, ses attributs d’elfes, eux, vous mettraient sur la voie. Bien qu’elle fût l’une des plus petites de son clan, sa taille reste plus grande que celle de la moyenne des femmes humaines, sans en devenir anormal. Mais ses oreilles, longues et pointues, ainsi que son apparence de jeune femme malgré son âge, ne permettent de ne faire aucune erreur quant à son appartenance à la race des elfes.

Bien qu’il lui aura fallu un certain temps avant de comprendre et d’intégrer les différents styles vestimentaires humains, elle prend maintenant un grand plaisir à choisir sa garde-robe. Celle-ci est d’ailleurs bien révélatrice de sa personnalité : colorée et féminine.

Mis à part son apparente jeunesse ne reflète en rien les quelques siècles qui constituent son existence, son alter-égo est physiquement son opposé. Sa peau est plus sombre et, bien que séduisant, son visage est moins fin. Ses cheveux noirs d’ébène sont bien plus courts, lui arrivant au-dessus des épaules. Sa bouche est plus pulpeuse et ses yeux de glace sont plus acérés, tranchant radicalement avec la chaleur de ceux de Caly.

Là où Caly est la lumière, Arya en est l’ombre.
Le psychique

Ayant vécue toute sa vie en communauté, Caly est une créature sociable par nature. Pour elle, tout être se définit par l’impact qu’il a sur les autres. Pas le regard, non…L’impact. Peu importe si quelqu’un éprouve de mauvais sentiments à son égard, peu importe le jugement des autres. Ce n’est pas chercher à se faire aimer qui l’intéresse mais d’aider les autres. Sa propre conscience est son seul juge et sa ligne de conduite et ses valeurs morales suivent l’objectif suivant : Aider au bonheur de ceux qui l’entourent et s’améliorer soi-même chaque jour. Peu importe l’atrocité des actes commis dans le passé, chaque personne peut obtenir sa rédemption avec suffisamment de volonté, si on leur porte secours. Vous l’aurez compris donc, Caly est une femme un peu naïve. Mais c’est une éternelle optimiste qui a le cœur sur la main et qui ne possède pas une once de méchanceté. Passionnée et pétillante, elle n’en garde pas moins une certaine réserve dans ses mots et dans ses gestes qui, parfois, peuvent la faire sembler un peu distante. C’est une force tranquille plus qu’une boule d’énergie. Elle sait cependant se montrer inflexible si c’est nécessaire. Calme, son autorité reste douce mais ferme : ses yeux de satin peuvent se changer en acier, offrant un bien étrange contraste.

Quant à Arya, ce n’est pas un démon pour rien. Mais si autrefois elle embrassait sa nature dans toute sa splendeur, aujourd’hui elle n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose. C’est même plutôt une bonne nouvelle pour les autres. Maintenant, dire que sa rencontre avec Caly fut une révélation, une épiphanie, serait certainement exagérer. Elle s’est cependant beaucoup adoucie. L’empathie, qui lui faisait tant défaut avant, est désormais une notion qu’elle commence à apprendre. Il n’en reste pas moins que pour lui décrocher autre chose qu’un sourire cynique ou moqueur, il ne faudra pas moins qu’un miracle. Et si elle se montre indifférente, voir désagréable, ce n’est pas personnel. On pourrait penser qu’Arya déteste les autres races. Mais non. Elle déteste juste les autres personnes de manière générale. Elle pourrait croiser l’un des siens qu’elle ne lui accorderait pas un regard moins glacial. Mais elle reste curieuse du monde qui l’entoure et de ce qu’il est devenu pendant les années qu’elle a passées dans la dimension démoniaque. Alors si elle croise quelqu’un ou quelque chose capable digne d’intérêt, elle pourra leur accorder son attention.
Race et pouvoir

En résumé :

Caly: Elfe aux sens et à la force légèrement supérieurs, maîtrise moyenne de la polymorphie, maîtrise exécrable du feu.

Arya: Esprit malin/démon polymorphe (animaux simples) et, dans un sens, métamorphe (mais elle n’est plus que capable que de reprendre son physique originel lorsqu’elle est aux commandes du corps de Caly). Faible maîtrise du feu, qu’elle est incapable de générer.

En détails:

Races : Caly est une hybride. Sa mère était une elfe sylvaine. Les elfes sylvains, comme leur nom l’indique, vivent dans la forêt. Ceux de sa tribu sont un méfiants et ne cherchent pas à s’éloigner de leurs frontières. Ni pour conquérir, ni pour communiquer. Les autres races les indiffèrent et ils éprouvent même pour certaines un mépris cuisant. Le monde extérieur n’est qu’un vaste danger inutile pour eux et se mêler aux autres serait un déshonneur. Ils ne lui prêtent attention que lorsque celui-ci risque de perturber leur existence.
Il existe bien sûr différents types d’elfes et même entre eux ils parviennent à ne pas s’entendre. Ils se tolèrent s’ils y sont obligés. Les elfes sylvains, eux, sont réputés pour leur habileté avec un arc. Possédant des sens supérieurs à ceux des humains, leur vision et leur ouïe, particulièrement, se sont habitués à la pénombre et divers bruits des sous-bois et s’en sont affinés. Ils peuvent aussi ressentir les flux de la Nature, ce qui lui appartient et ce qui la perturbe. Ils sont particulièrement sensibles à la magie et même si tous ne sont pas capables de la maîtriser (chaque elfe ayant ses propres capacités, parfois bien différentes de celles des autres), ils en ressentent l’énergie. En harmonie parfaite avec leur environnement, ils peuvent se mouvoir sans un bruit, telles des ombres.

Physiquement, ils sont remarquables par leurs oreilles pointues distinctives. Mais plus que cela, leur corps, aussi vif et affuté que leur esprit, est agile, élancé, et irradie d’une étrange beauté gracieuse.

Caly possède la plupart des caractéristiques de ses semblables hormis leur contact avec la nature. Elle ne s’en est jamais sentie proche et cela est sans doute dû à son père qui, lui, était un elfe sombre.
La légende raconte que ces derniers étaient des elfes comme les autres, autrefois, mais qu’après avoir pactisé avec des démons et mêlé leur sang au leur, leur connexion avec la faune et la flore s’est rompue, bien que leur force ait augmentée. Caly elle-même ne sait que peu de chose sur cette race, les seules informations qu’elle ait trouvées étant celles des contes.

En ce qui concerne Arya, celle-ci se considère comme un esprit malin. D’autres la mettent dans la catégorie des démons inférieurs. Elle n’a cependant aucun attribut physique démoniaque. Autrefois, elle pouvait prendre la forme qu’elle désirait, que ce soit celle d’un humain, d’un animal normal ou d’une créature légendaire. Elle était aussi capable de créer et de maîtriser le feu et de provoquer des nécroses et maladies dans les êtres qui avaient le malheur de croiser sa route.

Pouvoirs : Après quelques péripéties et après qu’Arya ait pris possession du corps de Caly, les choses ont bien changées pour les deux femmes : Caly a gagné le peu de pouvoirs qu’il restait à Arya.
Elles sont polymorphes et peuvent donc se changer en animal. En général, il s’agit d’animaux de taille petite ou moyenne, l’ours, par exemple, étant leur maximum. Caly maîtrise parfaitement la transformation en félin, elle favorise donc le chat, la plupart du temps. Arya préfère le corbeau ou le loup.

Autrefois maîtresse du feu, Arya n’a désormais plus que la force de le rediriger pour s’en servir de petits projectiles ou lui donner des formes simples, pendant peu de temps. Caly, elle, ne se risque pas à utiliser un pouvoir qu’elle ne maîtrise absolument pas.

Car il faut bien comprendre cela : Si les deux femmes possèdent toutes deux des sens et une force plus développés que de simples humains, Caly n’avait pas d’autre capacité avant de fusionner avec Arya. Ce sont les pouvoirs de la démone dont elles peuvent se servir et la maîtrise de ces derniers ne sont donc pas innée pour Caly.

L'histoire du personnage

La tribu de Caliawen, abritée par une forêt d’Angleterre, ne peut être trouvée par les humains. Un sortilège les protège de toute invasion extérieure. Ainsi dissimulés, ces elfes des bois vivent en parfaite harmonie avec la forêt. Chacun d’entre eux a une tâche bien définie, son propre rôle dans cette société. Caly, pendant longtemps, pensa qu’elle y resterait pour le restant de sa longue vie et jamais elle n’aurait pensé les quitter de sa propre volonté. Mais telle une petite sirène aux oreilles pointues, elle avait toujours été fascinée par les humains et leur univers. D’ailleurs, sa curiosité ne concernait pas seulement les Hommes, mais toutes les autres races. Son rêve avait toujours été de pouvoir explorer le monde, les différents pays, les différentes cultures…Et de pouvoir rapporter ce savoir à son peuple. Mais lorsqu’elle en eut enfin l’occasion, tout ne se passa pas comme elle l’espérait. Parmi ses premières rencontres fut celle avec un elfe sombre.

Bien sûr, tous les elfes, dès le plus jeune âge, connaissaient la légende des elfes sombres. Ils étaient comme nous autrefois, avant de pactiser avec des démons, mêlant leur sang au leur pour obtenir plus de pouvoir. Leur propre sang et leurs âmes, en étaient devenus malsains et corrompus. Leur apparence même s’était transformée, changeant leur peau diaphane, l’assombrissant, la transformant de telle façon qu’elle reflétât la noirceur de leur cœur. Il était dit que ce mal qui avait pris possession d’eux, que leur sang démoniaque blessait la Nature elle-même.

Pourtant, l’elfe qu’elle rencontra était bien différent de ce qu’elle s’était imaginé. Ce fut une révélation, à bien des niveaux. Elle se rendit compte que tout ce qu’on lui avait enseigné depuis son plus jeune âge n’était pas toujours la vérité. Elle, qui vénérait tellement les Anciens de sa tribu, s’aperçut que sur bien des points ils s’étaient trompés. Les elfes sombres n’étaient pas démoniaques, du moins pas tous, et le monde extérieur n’était pas que danger et haine. Mais cela allait au-delà de ça. Lorsqu’elle rentra parmi les siens, quelque chose lui parut évident. Son intuition fut confirmée par la seule famille qui lui restait : sa tante, qui l’avait élevée après la mort de sa mère. Après maintes demandes, puis suppliques, elle lui avoua la raison pour laquelle elle avait toujours refusé de parler du décès de cette dernière ou de celui de son père. Elle lui avoua la vérité qu’elle avait toujours crainte : que sa propre nature n’était pas celle qu’elle pensait. Caly était le fruit de l’union d’une elfe sylvaine et d’un elfe sombre. Cela expliquait tant de choses. Le regard condescendant, parfois méprisant, de certains elfes. Pourquoi elle était incapable de ressentir la nature comme ses pairs le faisaient de manière innée. Si les secrets et mensonges des siens s’en étaient tenus à ça, peut-être que rien n’aurait changé. Mais sa tante lui apprit aussi la véritable cause de la mort de ses parents : sa naissance. Pendant des années sa mère était parvenue à garder secrète sa liaison avec cet elfe diabolisé par les siens. Mais lorsqu’elle tomba enceinte, elle savait qu’il lui serait impossible de mentir plus longtemps. Elle tenta de s’enfuir, peu après la naissance de sa fille, Caly, et lorsqu’il était évident que le nourrisson était bien différent des autres.
Mais elle avait été jugée par les Anciens, et déclarée coupable de trahison et d’un crime contre-nature. Il fut décidé qu’elle et le père devaient disparaitre. Sa tante, cependant, eut pitié de sa nièce encore innocente et prit la décision de l’élever. Les Anciens lui laissèrent le bénéfice du doute puisqu’une part de sang sylvain coulait dans ses veines.

Apprendre que sa vie n’avait finalement tenu qu’à une décision venant des mêmes personnes qui avaient pris celle d’assassiner ses parents changea la vie de la jeune femme et sa perception du monde et des gens. Dire que la vengeance ne lui traversa pas l’esprit serait mentir. Mais faire couler le sang ne l’intéressait pas. Elle partit sans un regard en arrière.

Elle apprit à vivre avec les humains, camouflée parmi eux grâce à un artéfact volé à sa tribu : un anneau qui permettait à ceux qui sortaient de leur territoire de cacher leur apparence elfique.

Elle parcourut le monde pendant une dizaine d’année avant de tomber sur elle.

Arya s’est fait passer pour beaucoup de choses tout au long de sa vie : un dragon, un esprit malin, une djinniya. Pendant des années elle se fit connaître comme étant Ajattar, nom qu’elle avait emprunté à un esprit diabolique du folklore finlandais. Comme son homonyme, elle semait la mort et la maladie, prenant un malin plaisir dans la souffrance des Hommes. Ses pouvoirs n’avaient d’égal que son orgueil. Et cela fut la raison de sa perte. Celle-ci vint sous la forme d’une sorcière. Une femme cherchant à venger sa famille détruite par la démone. Arya n’avait bien évidemment aucun souvenir d’elle (si elle devait se rappeler de tous ceux à qui elle avait fait du mal, elle n’en aurait jamais fini…), mais cette dernière avait passé des années à la traquer et à mettre au point une incantation assez puissante pour la tuer. Elle sacrifia sa propre vie pour cela, mais ce ne fut pas suffisant pour tuer Arya. D’ailleurs, celle-ci en aurait bien ri bien si elle n’avait pas été gravement blessée. Une partie de sa force vitale et de ses pouvoirs furent anéantis par le sort.

Sa chute ne s’arrêta pas là.

Elle n’eut d’autre choix que de rentrer parmi les siens. Pour chercher du réconfort auprès de sa famille ? Ahah, non. Parce que dans la dimension démoniaque, elle n’eut aucun mal à trouver un démon facile à piéger.

Si un sort l’avait privé de ses pouvoirs, elle pensait qu’un autre pourrait tout aussi bien les lui rendre. Mais cela ne se passa pas comme elle l’aurait voulu et le processus échoua. Pire, elle avait attiré l’attention de ses pairs en tuant l’un des leurs. Restée loin des siens pendant trop longtemps, elle ignorait ce qu’avait de spécial celui qu’elle avait sacrifié. Apparemment, elle avait mal choisi. Après ses pouvoirs, elle perdit sa liberté. Les années qu’elle passa dans sa cellule, méprisée, humiliée et oubliée, la changèrent. Si ses rêves furent d’abord ceux d’une vengeance sanglante, avec le temps ils devinrent plus simples : s’échapper de cet enfer. Lorsque quelques décennies plus tard (il se trouve qu’elle n’était apparemment pas la priorité des Hautes Autorités) vint le jour de son exécution, elle eut enfin la chance de mettre en œuvre la seule option qui lui restait : abandonner son corps pour fuir dans le monstre terrestre.

Sa seule chance de survie était que son esprit ne trouve rapidement un corps pour le posséder. C’est ainsi qu’elle fit la connaissance de l’elfe Caliawen.

Un humain aurait été préférable, la faible résistance de son esprit aurait permis à la démone de prendre complètement possession de son corps sans résistance. Elle tenta avec Caly la carte de la sincérité, faisant appel à son bon cœur. Elle craint que l’elfe ne la repousse mais ce ne fut pas le cas. Celle-ci comprit rapidement qu’elle était réellement la dernière chance de la démone et passa un marché avec elle : elles partageraient son corps, mais elle en resterait la maîtresse. De temps en temps, elle laisserait le contrôle à Arya contre la promesse de ne pas causer d’ennui. A contrecœur, la démone accepta sa proposition. Elle n’avait guère le choix. Mais au fond, le geste altruiste de l’elfe l’impacta plus qu’elle ne l’aurait pensé. Elle la considéra longtemps comme une idiote d’accepter si facilement la présence d’un démon en elle mais avec le temps, avec les mois, puis les années passées avec elle, la gratitude et une certaine affection lui firent tenir sa promesse.

La possession ne s’est pas passée exactement comme elles l’auraient imaginé. Caly a effectivement le contrôle de son corps, et peut décider de le laisser à Arya. Elle peut également le reprendre à tout moment, mais ne le fait jamais pour la bonne raison que la démone n’en abuse pas. Elle l’a laissé faire ses études, voyager et découvrir le monde, partageant ses expériences à travers ses yeux. Les deux femmes, contrairement à ce qu’elles pensaient, peuvent rester conscientes et communiquer lorsque l’autre est aux commandes, ou juste se mettre en « veille » et se reposer. Caliawen ne s’attendait pas à ce qu’un jour elle puisse considérer Arya comme un soutien, comme une sœur.

C’est aussi un peu pour elle que l’elfe prit la décision d’envoyer sa candidature au pensionnat. Après avoir passé quelques années à étudier les humains, leurs cultures et leur histoire, Caly voulu en apprendre plus sur les autres et voir comment la cohabitation de plusieurs races peut aussi bien se passer. Mais elle a aussi l’espoir de trouver quelqu’un capable d’aider Arya à retrouver ce qu’elle a perdu.
CODAGE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Legacy Della Note
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 24/02/2011
Age : 24
Localisation : quelque part dans l'ombre sous les rayons de la lune

MessageSujet: Re: Caliawen et Arya   Dim 14 Oct - 19:11

Avec le temps et les bonnes décisions, on parvient toujours a créer un personnage d'exception. Je suis heureux de lire aujourd'hui cette jolie présentation ! Merci à toi de l'avoir construite et rédigé avec soin.

Je n'avais qu'une question, mais il me semble que la réponse est évidente avec ton histoire. Cependant je la pose quand même: si j'ai bien compris, Arya est un démon qui a possédé le corps de Caly. J'en conclu qu'Arya est une essence, qu'elle n'a aucun corps physique, d'où la possession c'est cela ? Donc lorsque Arya prend les commandes, elle fonctionne avec le corps de Caly n'est ce pas ?

Pourquoi cette question ? Tout simplement parce que j'ai été troublé par les deux visages au dessus de ta fiche de présentation. Mais j'imagine que c'était pour illustrer Arya avant qu'elle perde son corps ...

Enfin, je ne t'embête pas plus. Ta présentation est superbe. Je te valide !

Par contre je t'ajoute à notre liste de villageois car tu conclus ton histoire avec ta candidature et non ton embauche. Donc je suis heureux de bientôt te retrouver en entretien ♫

Bienvenue à Blackmoon et bonnes aventures parmi nous ♫

_________________


 Actions / Pensées / Paroles -> [color=#9933ff]+ [b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnatlunedesang.forums-actifs.net
 
Caliawen et Arya
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arya Ombrelune
» Arya Black
» Arya's World Creations
» + Arya Hampton+
» Arya

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Lune Rousse :: Avant de commencer :: Présentation :: Présentations validées-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: